Chapitre 3:

Page 1 : Rappel global

La grande différence entre images numérique et images analogiques est que les images numériques peuvent se décrire par un ensemble de valeurs entières.
Si on connaît cette suite de valeurs, on peut recréer une copie exacte de l'image d'origine. On peut assimiler cette suite de valeurs entières à un « code génétique »de l'image.
Au contraire, une image analogique est liée à un support matériel : plaque photo, pigment de peinture et toile, par exemple.
Il n'est pas possible de reproduire l'image original à l'identique. Les copie sont nécessairement dégradées par rapport à l'original.

Ceci est un point fort très important des images numériques : on peut créer de nombreuses réplique de l'image sans dégradation et on peut facilement transmettre, stocker, dupliquer ce fameux « code génétique » d'une image numérique comme on transmettrait un texte. Par exemple il est absolument impossible de faire passer une diapositive par le réseau téléphonique, par contre transmette une suite de valeurs entières c'est très facile ! De plus le code de l'image numérique est indépendant du support : le support vieillit, le code, lui ne vieillit pas

Bien sûr, il y a des contre-parties :

• le nombre de valeurs permettant de d'écrire une image numérique est très grand ( on atteint rapidement plusieurs millions) et d'autant plus grand que l'on souhaite une bonne qualité d'image. De plus, le code de l'image est lui-même stocké sur des supports matériels ( disquettes informatiques, CD-ROM...) qui vieillissent et peuvent même devenir obsolète si les machines qui permettent de les lires n'existent plus.

• Enfin, l'apparence final d'une image numérique dépend beaucoup des logiciels et matériels (écrans, imprimante, …) qui vont interpréter le code de l'image. Même si le code de l'image est rigoureusement identique, deux écrans d'ordinateurs différents ne l'afficheront pas nécessairement avec les même couleurs.

Maintenant, nous allons voir comment est formé le code de l'image numérique.